Confession sur mon acné

25 ans que je refuse qu’on me prenne en photo…

Je m’appelle Julie Petit.

J’ai de l’acné depuis mes 8 ans, et j’en sors seulement maintenant.
J’étais complètement désespérée, j’ai eu 25 longues années pour tout essayer, tous les remèdes miracles, tous les conseils diététiques, toutes les crèmes cosmétiques, les produits naturels, les produits ultra-chimiques. Tout.

C’était un enfer que très peu de personnes ont réussi à comprendre.

Et si seulement ça s’était arrêté aux moqueries, un coup de savon quotidien et un peu de fond de teint…
Et puis il y a le désespoir chaque matin de constater que rien ne marche.

“Où il est le nouveau ? Comment je vais faire pour cacher ça ?”

Une fatigue quotidienne à laquelle on pourrait presque s’habituer.
A la fin de toute façon, on finit par renoncer.

Mais ça, après tout, c’était la partie presque facile.

Tout le monde a ses défauts ou plutôt ses particularités. Chacun a droit à son lot de méchanceté.

Le danger c’est que c’était bien plus malsain que ça.
D’abord, il y a tous ces conseils évidents auxquels vous n’avez jamais pensé, parmi eux le classique :
“Oh mais ça va passer, c’est juste que tu ne dois pas bien te laver la peau”
Donc je suis quelqu’un de sale c’est ça ?
Si tu savais ma pauvre combien de fois j’étais à deux doigts de m’arracher la peau, me frotter avec du papier de verre pour la rendre lisse, retirer toute cette merde au bistouri.

Ou encore :
“C’est que tu ne dois pas avoir une bonne hygiène de vie. Arrête le macdo, l’alcool, et la masturbation et tu verras ça va diminuer.”
OK, faisons comme ça. Et le temps de diet dure combien de temps ? Puisque tu es apparemment spécialiste sexo-diétético-dermato, dis moi, je suis condamnée à vivre comme une religieuse jusqu’à la fin de mes jours ?

Et pour finir, le mythique :

“Moi j’avais le même problème que toi, et en mettant du jus de citron et un peu de dentifrice dessus, c’est parti en trois jours”

Alors ma belle, si tu avais le même problème que moi, tu aurais déjà essayé, ça n’aurait pas marché, tu serais aller voir un dermato 2 fois par an et même avec le pire des produits chimiques tu y serais encore.

Tu n’as PAS le même problème que moi.
J’en rigolerai presque, dans le fond tout ça partait d’une bonne intention.

Mais ça ne faisait que m’isoler de plus belle, en me faisant comprendre que personne, pas même les dermato, n’écoutait…
Le pire c’est quand on vous dit que c’est votre malaise social qui est la source de ce problème psychosomatique.
Là c’est la cerise sur le gâteau. Pour qui se prennent ils ?

Et ce sentiment grandissant qu’on y arrivera jamais. Toute cette désillusion.

A chaque solution testée, je me réveillais le matin comme si c’était mon anniversaire et qu’enfin j’aurai ce merveilleux cadeau.

Mais non. Chaque jour la désillusion, le paquet cadeau entoure une boîte à chaussure rempli de papier journal.
Ca ne sert à rien de fouiller, c’était une mauvaise blague.
Et tous ces proches qui s’en foutent… de toute manière ils n’y peuvent rien.

Vous vous sentez seule au monde.

Vous évitez les appareils photos parce que vous ne vous supportez plus.

Vous avez même remarqué que certaines personnes vous saluent de loin, plutôt que de venir vous faire la bise.
Au collège/lycée c’est déjà une sacré humiliation, mais ça vous supprime aussi des petits plaisirs de la vie.

Adieu ce moment exquis où le doux parfum d’un shampoing féminin ou l’après-rasage masculin venait ensoleiller votre journée d’un printemps merveilleux.

Et puis lorsque vous rentrez dans la vie professionnelle, on vous tend la main constamment.

Alors ça vous arrange au début, parce que cette peau vous en êtes dégoûté autant que eux.

Vous êtes un(e) pestiféré(e), vous avez honte, vous ne voulez pas les “salir”.

Mais à la longue ça vous pourrit la vie.
Vous devenez désagréable juste pour esquiver les moments de retrouvailles.

Et puis les prises de paroles en public… impossible de progresser professionnellement lorsque vous avez constamment l’impression d’être dégoûtante ou bien constamment jugée.

Vous en devenez parano.

C’est l’exclusion sociale, la descente aux enfers qui se poursuit inlassablement.

Voilà à peu près où j’en était.
Et à part quelques forums pour pleurer à plusieurs, c’était le désert social.

Et encore je trouve que je m’en suis bien tiré.
Pour certain ça finit plus mal. Beaucoup plus mal.

Très peu de personnes savent réellement ce que c’est que d’être si honteux de son image qu’on voudrait s’auto-mutiler, détester sa peau tant et si bien qu’on serait prêt à la couvrir de merde si ça pouvait changer quelque chose.

Le problème ce n’est pas tant ce handicap, c’est la torture psychologique qui lui est associé.

Comme si on vous promettait tous les quatre matins que votre jambe amputée allait finir par repousser.

Si ce n’est pas le cas, c’est que vous êtes sale, psychologiquement instable, trop gros, trop maigre, pas assez chimique, pas assez naturel.

Mon acné à moi était dû ce qu’on appelle des ovaires polykystiques. C’est très rare (donc mal diagnostiqué => ça m’a pourri la vie), et ça se soigne avec un traitement hormonal à vie.

25 ans après, je m’en suis enfin débarrassé.

Mais je ne rentrerai pas dans les détails. On s’en fiche. Mon cas ne vous sera d’aucune utilité.

On fait l’erreur de dire qu’on a de l’acné. Mais on a UNE acné parmi une multitude de différentes.

Comment peut on traiter intelligemment une maladie avec des conseils venus de tout horizons alors qu’en fait ce sont PLUSIEURS maladies ?
C’est comme si vous me préconisez de ne pas allaiter pour soigner mon cancer du poumon. Ca n’a strictement rien à voir.

Il y a DES cancers et pas le cancer. Même chose pour l’acné.

Le second problème c’est que vous allez sûrement tomber sur un super dermato qui voit des patients comme vous à longueur de journée.

Il vous fera donc une prescription de produits chimiques pas trop forte au début “pour voir comment votre peau réagit” puis de plus en plus forte.
Principe de précaution, très bien.

Sauf que quand vous êtes désespérée d’entendre encore et encore ce discours, vous avez envie de lui pointer un flingue sur la tempe pour qu’il vous prescrive une solution à base d’acétone, d’ammoniac et d’uranium 235 pour décaper tout ça.

C’est bien le problème, vous en devenez complètement déraisonnable.
Vous êtes littéralement prête à tout.

Sauf que certains produits sont dangereux (ce n’est pas pour rien qu’ils sont vendus sous ordonnance) et vous devez vous plier à ses préconisations.

En plus de ça, votre acné vous avez envie de lui dire ciao une bonne fois pour toute et pas seulement pour 6 mois.
Donc merci mais non merci aux fausses solutions qui traitent les symptômes et pas le fond des choses.

Difficile d’instaurer une relation de confiance avec ces médecins, pourtant professionnels, dans ces conditions.

C’est alors qu’on peut être tenté par toutes sortes de “médecines alternatives” : magnétisme, acuponcture de bas étage, homéopathie, etc.
Je ne les dénigre pas, dans certains cas elles peuvent plus ou moins fonctionner, du moins au dire de certains témoignages.
Mais pour avoir essayé, je suis surtout tombée sur un paquet de charlatans (très bien intentionnés et convaincus au demeurant)

Comme je vous l’ai dit, ne nous attardons pas sur mon cas en particulier.

Ce qu’il vous faut c’est un plan stratégique.

Une carte pour vous aider à naviguer sans cette cacophonie assourdissante.

Jusque là, vous avez fait comme tout le monde, désespéré et émotionnellement très touché, vous avez essayé des tactiques ici et là.

Sans plan d’action, ni boussole.

Un peu comme si vous aviez perdu vos lunettes et que, pris de panique, vous vous mettiez à les chercher dans les endroits les plus improbables.

La meilleure méthode, et vous le savez, c’est de se calmer, ne pas bouger, et réfléchir quelques minutes là où vous étiez la dernière fois que vous les aviez. Éliminer un à un de manière certaine chaque endroit et ne plus y revenir. etc.

Une fois armé de cette méthode, ce plan stratégique, vous pourrez vous rendre compte de votre avancement, éliminer les fausses solutions et vous faire entendre pour de vrai, plan de bataille à l’appui.

Mais cela ne suffira pas. Il y a un hic dans tout ce que je viens de vous dire.

Je parle de plan de bataille, d’élimination, de lutte permanente, de solutions qui “décapent”.
J’utilise les mots qui étaient les miens, plein de violence et de haine pour cette peau qui me pourrissait la vie.

Si vous souhaitez vraiment en terminer avec cette merde, tant au niveau psychologique que physique, il va vous falloir changer de discours interne.

C’est la seule et unique stratégie qui a permis d’instaurer la paix dans l’histoire de l’humanité.

Le pardon, l’écoute, et l’amour.

(Pour certain d’entre vous je viens de me décrédibiliser en l’espace de deux ligne. On est où ici ? Dans une secte, chez les témoins de Jéhova, ou chez les bisounours ?)

Mon propos n’est pas de faire du développement personnel. Et à lui seul il ne guérirait de tout façon probablement pas votre acné.

Mais c’est un aspect terriblement important.

Votre corps, comme toute chose vivante, communique.

C’est certe de la communication non verbale mais il échange des informations constamment autour de lui.
Encore une fois je ne fais pas dans les mouvements néo-scientifiques.

Mais c’est un fait : pour les signaux extérieurs (ce que notre corps émet) on appelle cela des symptômes.
C’est exactement pareil que lorsqu’un bébé pleure. La solution facile est de lui mettre une sucette dans la bouche. On coupe le signal.

Pareil pour votre peau, vous pouvez appliquer traitements sur traitements, si votre acné n’est pas une maladie mais un symptôme (comme ça l’était pour moi), alors vous ne faîtes que couper le signal.
Votre bébé pleure intérieurement.

C’est plus facile que de se mettre à sa place et l’écouter en se posant les questions : est-il bien assis ? a-t-il faim ? peut être qu’il n’est pas habitué à voir autant de monde ? etc.

Vous vous en doutez, la seconde solution “empathique” est plus intelligente et meilleure pour votre bébé.

Mais devinez quoi.
Il est impossible d’avoir ce raisonnement en se disant constamment “il va pas la fermer à la fin ?!”

Impossible.
Pour le calmer durablement, il faut se mettre à son écoute.

Là où je veux en venir : Aimez votre peau.

Ecoutez la.

Prenez en soin au lieu de la décaper.

C’est difficile, je sais.
Comme de pardonner à un ami proche qui vous a fait beaucoup beaucoup souffrir.

Mais c’est comme ça qu’on avance et qu’on se débarrasse de nos problèmes sur le long terme.

Guérir votre acné est inutile si vous ne retrouvez pas confiance en vous.

Et il n’y a pas d’autre chemin que de s’aimer soi-même et son corps pour avoir confiance en soi.

Comme je vous l’ai dit, mon cas importe peu.

Sans me vanter, j'étais tellement désespérée que si on m'avait proposé à l'époque une chirurgie esthétiques à 20 000 € je crois que je n'aurai pas hésité et me serait mise à économiser chaque centime !

Mais heureusement, j’ai passé tellement d’années à scruter des solutions sur internet que je suis devenue peu à peu une mine d’or d’information.

Grâce à ça j’ai pu aiguiller et conseiller intelligemment plusieurs personnes de mon entourage, dont la fille d’un très bonne amie (une amie en commun avec Marianne qui tient ce blog).

Je lui ai évité de très longues heures d'insoutenable solitude.

Je n’aurai jamais pensé faire ça un jour (c’est un problème très intime dont j’ai mis du temps à parler), mais avec leur encouragement et leur soutien, j’ai décidé de finalement condenser ce savoir et ces précieux conseils dans une formation numérique.

L’objectif est de la diffuser à toutes celles et ceux qui veulent en finir avec ce calvaire.

Elle contient une véritable carte de symptômes / solutions déjà testées pour vous aiguiller dans votre parcours.
C’est graphique et très intuitif à utiliser.

C’est à ma connaissance la seule cartographie qui existe et elle permet d’éviter des heures et des heures à lire des témoignages farfelus sur le net.

Cette carte est naturellement associée à un guide plus détaillé rassemblant l’ensemble des connaissances scientifiques sur chacune des solutions proposées.
Tout est à un seul endroit.

Et comme je vous l’ai dit, rien ne sert de guérir si on ne se réconcilie pas avec sa peau et tout son être.
Vous trouverez donc aussi dans cette formation un condensé de pensées et routines ensoleillées pour que vous retombiez amoureuse de cette personne qui se tient en face de vous dans le miroir chaque matin.

Avec ça, vous devriez trouver LA solution qui vous correspond.

Je vous imagine déjà avoir les larmes aux yeux (comme je les ai eues) quand votre vie sociale re-naîtra.

Les petits bonheurs de la vie, sans complication.

Pouvoir séduire sans avoir peur du regard de l'autre,

Les photos que vous osez enfin poster,

Les commentaires trop mignons qui pleuvent.

Vraiment, vous verrez, on se sent renaître de ses cendres.

Ou papillon qui sort enfin de sa chrysalide et déploie ses ailes, au choix 😉

 

PS: C’est une formation qui me tient vraiment à cœur.

Comme j’aimerai avoir vos retours, je la propose à un prix très réduit (jusqu'à avoir 50 personnes intéressées, après je serai obligé d'augmenter le tarif). 
Je ferai des petites corrections sur le format suivant vos retours et questions complémentaires.

 

PPS: Mariane m’a dit qu’elle recevait de nombreux mails demandant pourquoi ma formation était payante alors que l’objectif était d’aider un maximum de personne.

C'est vrai que 397 € (hors réduction de prélancement !) c'est beaucoup.

(actuellement, elle est au tarif (très) réduit de 87€ parce que je voudrais y ajouter encore des choses, grâce aux retours des premiers inscrits.)

La réponse est toute simple : j’y ai passé vraiment énormément de temps. Je me suis donnée à fond car cette formation vaut de l’or à mes yeux. 

J’aurai vraiment aimé tombé dessus il y a 20 ans, ça aurait complètement changé ma vie (ça m’aurait aider à dépister mes OPK dès le début).
La rendre disponible gratuitement ce serait nier la valeur qu’elle a à mes yeux et nier tout ce qu’elle pourra vous apporter.

Et très franchement, passez son adolescence et sa vie de jeune adulte avec ce fardeau, c'est juste horrible. J'aurai été prête à m'endetter de 10 000€ pour une telle solution.

Il y a bien des filles qui ne supportent pas leurs seins et qui mettent cette somme pour se les faire refaire.
Sauf que pour l'acné... c'est pas possible.

Regardez Wikipédia : tout le monde considère que c’est un dû. Personne ne les aide. On fait les enfants pourris-gâtés par tout ce contenu gratuit. On consomme sans gratitude et sans savourer comme c’est précieux.
Alors que lorsqu’on paye, c’est bête mais c’est humain, on apprécie la chance qu’on a.
On se fait un cadeau à soi-même. On est dans la gratitude.

Et on se bouge les fesses pour appliquer la formation à la lettre.

Je trouve ça infiniment plus sain, pour vous comme pour moi. Ca me permet d’être en paix avec moi-même.
Et pour tout vous avouer, j’envisage aussi de créer un groupe de soutien sur Facebook ou autre (je ne sais pas encore), et je ne veux pas de personnes “parasites” dans ce groupe.
Je veux des gens qui s’investissent et qui se bougent, pas de consommateurs qui attendent tranquillement que les solutions à leur problème tombent tout cru tout gratuit dans leur bec.